utiliser l'urine au jardin

Et si votre urine n’était pas qu’un vulgaire déchet à traiter, mais un engrais naturel abondant, renouvelable et totalement gratuit? Pour ne pas faire d’erreur, voici comment utiliser au mieux votre urine au jardin.

L’urine: un engrais pas si dégueu

Dans notre société, l’urine est mal vue (c’est sale, ça pue, il faut vite tirer la chasse). Pourtant, elle recèle d’incroyables avantages pour le jardin, et elle a fait l’objet d’études sérieuses, notamment par le Stockholm Environment Institute, l’ingénieur français Renaud de Looze ou encore l’Eawag (Institut fédéral des sciences et technologies de l’eau, en Suisse).

urine au jardin

Tout d’abord, afin de dé-diaboliser ce précieux liquide, voici quelques informations destinées à vous rassurer:

  • L’urine n’est pas sale. Elle est même stérile lorsqu’elle est fraîche, sauf en cas de maladies urinaires. Et plus encore: elle a des vertus cosmétiques (c’est un anti-âge très prisé des Japonais) et thérapeutiques (notamment contre les piqûres et brûlures, ou pour nettoyer, désinfecter et cicatriser une plaie).
  • Elle ne dégage pas d’odeur lorsqu’elle est versée sur un sol vivant et aéré. Contre un bâtiment ou dans la rue, c’est une autre histoire. Cependant, après quelques jours de stockage en bidon, de mauvaises odeurs apparaissent, dues notamment à la décomposition des protéines et à la production d’ammoniac.
  • L’urine peut se conserver d’une saison à l’autre. Rien ne vous empêche de fertiliser au printemps avec l’urine accumulée en hiver. Il suffit de la stocker pure dans des bidons ou des bouteilles remplis à fond (pour éviter le contact avec l’air), bien fermés et entreposés dans un endroit frais et sombre. Une fois entamé, le bidon doit être utilisé en entier.
  • Les traces de médicaments sont totalement détruites lors de la minéralisation de l’urine dans le sol.
  • Les résidus de pesticides sont presque insignifiants pour avoir un impact sur les plantes. De plus, ils sont eux aussi détruits avec le temps.
  • Utiliser l’urine au jardin est une méthode naturelle qui s’inscrit totalement dans une démarche de jardin en permaculture.

Pourquoi l’urine est un engrais?

L’urine a une formule NPK de 0,6 – 0,1 – 0,2. Concrètement, cela veut dire qu’un litre d’urine contient 6g d’azote (N), 1g de phosphore (P) et 2g de potassium (K). C’est un engrais à action rapide bien équilibré, riche en azote.

L’azote contenu dans l’urine est présent sous forme d’urée. Saviez-vous que l’urée de synthèse est l’engrais solide le plus vendu dans le monde? C’est un comble lorsqu’on sait que chaque personne urine 1,5 litres tous les jours!

Cet azote est directement assimilable par les plantes, ce qui en fait un engrais « coup de fouet » qui va favoriser la photosynthèse et le développement des feuilles et des tiges. L’urine a donc une action rapide sur les plantes. Au contraire, un amendement du sol en compost ou en fumier va améliorer la structure du sol et avoir un effet plus lent, en relâchant ses nutriments sur le long terme. Compost et urine sont donc tout à fait complémentaires.

Le seul inconvénient de l’urine au jardin est son taux de sel qui peut être néfaste à grande dose. Si vous urinez toujours au même endroit, le sol (et les plantes qui y vivent) vont être intoxiqués de sel. Il n’y a donc aucun problème à uriner dans votre jardin, mais pas toujours au même endroit. Pour réduire ce taux de sel, vous pouvez manger moins salé (c’est aussi meilleur pour vous) et/ou de substituer le sel de mer avec du sel de régime, moins riche en sodium. Des tests sur les fraises ont notamment montré qu’en remplaçant le sel par du sel de régime dans votre alimentation, les fraises sont plus précoces et donnent de meilleures récoltes.

Comment appliquer l’urine au jardin?

Afin d’éviter tout surdosage, il est conseillé d’appliquer chaque année entre 1L pour les plantes peu gourmandes (comme la salade, les fraisiers ou les carottes) à 3 ou 4 lires d’urine pour les plantes gourmandes (tomates, courgettes) par mètre carré. A cela, il est conseillé d’ajouter le même volume de compost sur la même surface. Il existe deux méthodes pour fertiliser vos plantes (au choix):

  • Fertilisation de fond: épandre 2 à 4 litres d’urine pure + 2 à 4 litres de compost mûr par mètre carré. Faites ceci au printemps, 2 à 3 semaines avant vos plantations, car l’urine a besoin de temps pour se minéraliser et ainsi devenir assimilable par les plantes. Profitez-en pour étendre une couche de paille qui va protéger la vie du sol des UV et des intempéries. Si vous avez des plantes en pot, comptez 1L d’urine pour 20L de terreau. Cette méthode nécessite toutefois de stocker de grandes quantités d’urine: environ 10 bidons de 20L pour un jardin de 100m2.
  • Fertilisation d’entretien: c’est probablement la technique la plus simple car il n’est pas nécessaire de stocker l’urine. Apporter 0,5 L d’urine (diluée dans un arrosoir de 10L d’eau de pluie) par mètre carré. Vous pouvez répéter l’opération toutes les 4 semaines au printemps, toutes les 2 semaines en été lorsque les plantes ont atteint leur taille « adulte » et ont le plus besoin de nutriments.

Faites toutefois attention aux besoins différents des plantes et ne dépassez pas les 2 à 4 litres par mètre carré (soit 4 à 8 applications par saison). La dernière application doit se faire 3-4 semaines avant la récolte.

Faim d’azote due au BRF ou au paillage

De par sa composition, l’urine est un remède idéal contre la faim d’azote, un phénomène qui surgit lorsque l’on couvre le sol avec du BRF ou de la paille. L’azote du sol est alors totalement mobilisé par les micro-organismes (champignons) qui vont décomposer ces matières carbonées. Les plantes jaunissent alors, dû au manque d’azote disponible.

L’urine permet d’éviter la faim d’azote: il suffit d’arroser le couvert végétal avec de l’urine diluée à 5% (0,5L dans un arrosoir de 10L par mètre carré) toutes les 3 semaines. Des études ont montré qu’il faut 15L d’urine, pure ou diluée, pour décomposer une brouette de 75L de BRF (ou 2L pour un seau de 10L de BRF). Concrètement, si vous apportez 25 litres de BRF par mètre carré, il faut doubler les doses recommandées plus haut, soit ~5L / m2.

urine au jardin

La cendre, un apport complémentaire

En plus de l’urine, on peut ajouter une tasse de cendres de bois, très riches en minéraux par m2. C’est un maximum qu’il faut absolument respecter, afin de conserver l’équilibre du sol, sa structure et ses petits habitants. Que ce soit au jardin, au pied des arbres ou sur votre pelouse, veillez donc à bien étaler la cendre. Vous pouvez le faire au printemps avant le paillage, ou lorsque vous étalez votre compost. L’intérêt de la cendre réside notamment dans sa teneur en potassium (K), qui accroît la résistance au stress hydrique et aux maladies.

L’urine au jardin: une solution gagnan-gagnant

L’urine n’a donc plus de secret pour vous. Ne gaspillez plus votre pipi, d’autant plus qu’uriner dans l’eau potable est un sacrilège. Faites-en profiter votre jardin, vos haies, arbres fruitiers, plates-bandes fleuries, etc. Vous ferez ainsi des économies d’eau aux toilettes, d’engrais au jardin et vous fermerez la boucle des nutriments. Une solution gagnant-gagnant.

Sources


Laisser un commentaire