four solaire

L’énergie est devenue un thème omniprésent: économies d’énergies, efficacité énergétique, énergies renouvelables… tout est bon pour préserver les ressources tout en conservant notre confort.
Si on parle souvent de high tech pour notre approvisionnement (photovoltaïque, hydrogène, etc), on oublie souvent le low tech pour économiser l’énergie. Découvrez le four solaire et trois autres inventions durables.


Le four solaire

Le soleil est la première source d’énergie sur Terre. Sans soleil, pas de vent (donc pas d’éolienne), pas de photosynthèse (donc pas de biomasse), pas d’évaporation (donc pas d’énergie hydraulique), pas de vie (donc pas de pétrole) et bien sûr pas d’énergie solaire. Quoi de mieux, donc, que d’utiliser directement le soleil pour chauffer?

Fabriquer un four solaire

Le principe est simplissime: un four solaire, c’est une caisse en bois, peinte en noir à l’intérieur pour transformer le rayonnement solaire en chaleur, et une vitre pour créer un effet de serre. On peut le perfectionner en isolant la caisse, en utilisant un double vitrage et/ou en utilisant des réflecteurs. Ensuite, le rayonnement solaire peut faire son travail.

Comment cuire au soleil?

On place la casserole dans le four, si possible avec un couvercle en verre, autant pour surveiller la cuisson que pour créer un double effet de serre. Si le four est bien orienté face au soleil, la température monte rapidement à 100°C. Grâce à cette cuisson basse température, les vitamines sont préservées, et il n’y a pas de risque de cramer votre plat. Vous pouvez donc laisser mijoter en toute tranquillité. On peut y cuisiner des soupes, des risottos, de la viande à mijoter, et tout ce qui se prête à une cuisson lente. Quel plaisir de voir son plat bouillonner au soleil! Prévoyez de cuisiner à l’avance pour laisser cuire au moins 2 à 3h. Vous pouvez vérifier l’orientation et l’inclinaison du four à l’aide d’une équerre. Attention, le soleil tourne!


Le déshydrateur solaire

Sur le même principe, on peut fabriquer un dessicateur solaire (ou séchoir solaire) pour déshydrater fruits, légumes, champignons, herbes, etc. J’ai fabriqué le mien avec une caisse à vin en bois, une vitre, un morceau de tôle, et quelques bouts de grillage fin, le tout de récup’, of course. L’idée est de faire entrer de l’air frais qui va se réchauffer dans la partie basse, puis monter, emporter l’humidité des fruits et sortir par le haut. Le mouvement d’air se fait naturellement, pour autant qu’il y ait une prise d’air frais en bas, une évacuation d’air chaud en haut, et un moyen de chauffer l’air à l’intérieur (peinture noire + vitre). Le séchage est assez long, mais quel plaisir de déguster ses chips de pomme maison!


La marmite norvégienne

Pourquoi chauffe-t-on les casseroles? A faire monter la température, bien sûr. Mais une fois la température souhaitée atteinte, chauffer ne sert plus qu’à compenser les déperditions de la casserole. La marmite norvégienne permet justement de conserver la chaleur de la casserole en l’isolant par l’extérieur. Conséquence: plus besoin de chauffer. Portez à ébullition et enfermez la casserole. La chaleur emprisonnée suffira à faire cuire votre préparation, sans risque de surchauffe. J’ai fabriqué ma marmite norvégienne avec une caisse à vin en bois et quelques chutes d’isolant en laine de mouton qu’une amie m’a donné. Je l’utilise pour des cuissons lentes, ou pour faire des yogourts maison (voir la recette). Dans ce cas, la marmite permet de prolonger la durée d’incubation qui doit se faire plusieurs heures entre 42 et 46°C.


Le cocon

Vous savez certainement qu’un couvercle sur une casserole qui chauffe économise 40 à 50% d’énergie. Mais le reste des déperditions se font essentiellement par les parois de la casserole. Une solution est donc de l’isoler avec une ceinture isolante. J’en ai fabriqué une à l’aide de restes d’isolant en laine de mouton. En principe, la laine est peu inflammable, mais faites attention à ce que l’isolant ne soit pas trop en contact avec la source de chaleur et ne l’utilisez pas avec des chauffages à flamme (gaz). Avec cette simple bande de laine, il est possible de cuire sur 2 ce que vous cuisiez sur 5 auparavant. Pour éviter que le contenu déborde, surveillez les premières fois, car vous seriez surpris.e de son efficacité.

Cocon pour une cuisson low tech

Peut-on toujours cuire au soleil?

Evidemment, ces méthodes de cuisson low tech ne sont qu’un appoint aux sources de cuisson classiques, mais elles sont étonnantes d’efficacité. Quel plaisir de cuire au soleil et d’économiser de l’énergie, aujourd’hui si précieuse. C’est également un excellent moyen de revenir aux cuissons lentes à basse température et de se rapprocher du slow food, ce mouvement destiné à redonner à l’alimentation une place centrale dans nos vies.

Laisser un commentaire